TRAFIC - HOME CINEMA 2.0


Fifteen minutes of fame
de Ghalas Charara
2016, 15'

txt : G. Charara et S. Paterson

www.trafic.li


Fifteen minutes of fame (2016) de Ghalas Charara
15', vidéo, couleur, VO anglaise sous-titrée en français


"J'ai toujours pensé que j'aimerais avoir une tombe sans rien dessus. Pas d'épitaphe. Pas de nom. J'aimerais, en fait, qu'on écrive dessus: fiction."
Andy Warhol*

La tombe d'Andy Warhol à Pittsburgh, en Pennsylvanie, est filmée 24h/24. Ces images, apparemment fixes, sont retransmises en direct sur un site web. Cette simultanéité entre le temps de l'image et le temps à l'image a fait que j'y revenais souvent. De plus, ces deux temps coïncident pendant une durée potentiellement infinie. Ici, à la différence de The Clock (2010) de Christian Marclay, la coexistence spatiotemporelle n’est pas re-montée, mais paradoxalement suspendue dans un flux continu d’images.

Un jour de septembre 2015, la surveillance - qui était aussi un recueillement au double sens du terme - est abruptement interrompue pour donner place à une manipulation du dispositif technique qui dura un peu moins de 15 minutes.
"L'action" événementielle se déplace en hors-champ et obéit à une voix inaudible qui nous est perceptible en creux à travers les réponses et les manoeuvres qu'elle met littéralement en branle par la médiation d’un opérateur invisible à l’écran. Pour la première fois, l'espace réel de la caméra in situ et l'espace virtuel de la retransmission communiquent étroitement. On assiste à un aller-retour entre ces deux espace-temps, où la communication tente de s'établir.

Warhol fut également un grand amateur du téléphone dont il a usé comme outil de travail. La communication devenait secondaire par rapport aux monologues auxquels s'adonnaient ses amis au grand plaisir de son magnétophone.

* Cité par Mériam Korichi dans Andy Warhol, Collection Folio biographies, Paris, Gallimard (n°59), 2009.

Images recueillies sur earthcam