Home Cinéma 2.0


Home Cinéma 2.0
Home Cinéma 2.0.1
Home Cinéma 2.0.2

Home Cinéma 2.0.2

Horaire et date de diffusion sur notre site internet :

Lundi 22 février 2016 de 18h30 à 20h30

Pour visionner la vidéo le jour de la plage horaire cliquer ici

Fifteen minutes of fame (2016) de Ghalas Charara
15', vidéo, couleur, VO anglaise sous-titrée en français

«J'ai toujours pensé que j'aimerais avoir une tombe sans rien dessus. Pas d'épitaphe. Pas de nom. J'aimerais, en fait, qu'on écrive dessus: fiction.»
Andy Warhol*

Andy Warhol est décédé le 22 février 1987.

La tombe d'Andy Warhol à Pittsburgh, en Pennsylvanie, est filmée 24h/24. Ces images, apparemment fixes, sont retransmises en direct sur un site web. Cette simultanéité entre le temps de l'image et le temps à l'image a fait que j'y revenais souvent. De plus, ces deux temps coïncident pendant une durée potentiellement infinie. Ici, à la différence de The Clock (2010) de Christian Marclay, la coexistence spatiotemporelle n’est pas re-montée, mais paradoxalement suspendue dans un flux continu d’images.

Un jour de septembre 2015, la surveillance - qui était aussi un recueillement au double sens du terme - est abruptement interrompue pour donner place à une manipulation du dispositif technique qui dura un peu moins de 15 minutes.
«L'action» événementielle se déplace en hors-champ et obéit à une voix inaudible qui nous est perceptible en creux à travers les réponses et les manoeuvres qu'elle met littéralement en branle par la médiation d’un opérateur invisible à l’écran. Pour la première fois, l'espace réel de la caméra in situ et l'espace virtuel de la retransmission communiquent étroitement. On assiste à un aller-retour entre ces deux espace-temps, où la communication tente de s'établir.

Warhol fut également un grand amateur du téléphone dont il a usé comme outil de travail. La communication devenait secondaire par rapport aux monologues auxquels s'adonnaient ses amis au grand plaisir de son magnétophone.

* Cité par Mériam Korichi dans Andy Warhol, Collection Folio biographies, Paris, Gallimard (n°59), 2009.

Images recueillies sur earthcam

top

Home Cinéma 2.0.1

Grille de diffusion sur notre site internet :

Partie I : Lundi 26 mars 2012 de 20h00 à 21h30
Partie II : Lundi 2 avril 2012 de 20h00 à 21h30
Partie III : Lundi 9 avril 2012 de 20h00 à 21h30


Reine Ibi [Ibi in Rauma] de Benjamin Crotty et Nour Mobarak
Série télévisée (sitcom) | 3 x 30 minutes | 2010 | Finnois sous-titré en anglais

Cette série a été conçue pour une télévision régionale américaine faisant partie d’un réseau créé entre 1969 et 1971 de chaînes indépendantes dédiées à présenter les émissions autoproduites par les citoyens américains. A la différence de la plupart des émissions diffusées sur ce réseau qui sont en rapport avec la politique et les événements locaux, Reine Ibi raconte la vie d’une jeune femme chômeuse habitant le village de Rauma, sur le golfe de Botnie, en Finlande. Hormis le rôle principal, les personnages de cette sitcom ont été joués par les habitants de Rauma.

La série mélange des scènes écrites et des séquences improvisées qui ont été tournées sur le vif. La traduction sous-titrée ne correspond pas forcément aux dialogues et fonctionne parfois indépendamment aux propos tenus par les acteurs en finnois. Le travail d’écriture a donc été effectué en partie avant le tournage mais principalement, dans un second temps, lors du montage et sous-titrage.

Le personnage principal de la série, Ibi, est joué par Ibi Mifusa Love qui connu une brève notoriété en Finlande, au début des années 2000, grâce à ses prestations dans l’émission de variété « Idols », version dans ce pays de la « Nouvelle Star » en France.
La vie du personnage «Ibi» et celle d’Ibi Mifusa Love sont mises en parallèle par le recours d’inserts d’images produisant un effet de retour du «réel» à travers des séquences du quotidien et de la télévision réalité.


Synopsis des épisodes :

I) La relation entre Ibi et sa sœur banquière devient de plus en plus tendue dans l’appartement qu’elles partagent en collocation. Alors qu’Ibi ne trouve toujours pas d’emploi, sa sœur vit une idylle avec Pekka.

II) La sœur d’Ibi veut qu’elle libère sa chambre afin de pouvoir vivre pleinement son histoire d’amour avec Pekka. Poussée à bout, Ibi flâne dans le village avec l’envie de trouver l’âme soeur. Une rencontre à lieu durant ses errances, mais elle cache à son nouveau copain, ami d’enfance de Pekka, la vie qu’elle a et poursuit ses recherches d’emploi.

III) Quand son copain découvre les mensonges d’Ibi, il la quitte. Ibi part alors du principe que si les mensonges ne fonctionnent pas dans les relations amoureuses, il faudrait peut-être mentir dans le monde du travail. Ainsi, elle trouve un travail par le biais du mensonge. Dans un geste de rupture totale, elle tue les deux narrateurs symptomatiques de son malheur. A la suite de cet acte, elle tente de s’(ré)intégrer dans une fête…



Benjamin Crotty (né 1979 Spokane, USA) a étudié les arts visuels à l’Université de Yale (USA) avant d’enseigner plusieurs années dans un lycée public à Roubaix (FR). De 2006 à 2008, il poursuit sa formation au Fresnoy – Studio National à Tourcoing (FR) et devient réalisateur de films et vidéos.
Il présente régulièrement son travail dans le cadre d’expositions et de festivals en France et à l’étranger. Le court métrage Visionary Iraq (2008), réalisé en collaboration avec Gabriel Abrantes, a été sélectionné par Artforum comme l’un de dix films de l’année 2010. La même année, le court métrage Liberdade (2010), aussi co-réalisé avec Gabriel Abrantes, a gagné le prix de la meilleure réalisation au IndieLisboa Film Festival. Il vient de tourner son premier projet en langue française.

Nour Mobarak (née en Egypte) vient de publier une édition de ses écrits. Auparavant, elle a participé au Cambridge Reading Series à Cambridge Université (USA). Parallèlement, elle est aussi musicienne et a joué dans divers groupes en Europe et aux États-Unis.

top

Home Cinéma 2.0

Parallèlement aux programmations dans la salle du «Home Cinéma», nous proposons un programme de vidéos diffusées sur notre site internet. En effet, il s’agit de mettre en ligne, à des dates et heures données, des œuvres d’artistes dans une configuration qui découle du champ télévisuel.

Cette forme de diffusion vise à questionner non seulement les nouveaux modes de monstration en réseau mais aussi la notion même du «Home Cinéma». Si ce terme définit, à travers une technologie audiovisuelle, un espace privé qui rejoue un dispositif cinématographique dans une sphère réservée à un public restreint, la Toile permet de dépasser cette dimension de confinement.

En outre, il s’agit aussi d’interroger ce qu’est une grille de programmation venant du modèle de la chaîne de télévision. Si ce cadre horaire et l’imposition des contenus conditionnent fortement ce que regarde le téléspectateur, inversement l’espace qu’est internet structure très peu la diffusion de ses données par l’intermédiaire d’un programme instauré. Néanmoins, ce constat ne pointe rien de nouveau, nous souhaitons en revanche confronter ces modes opératoires en vue de les activer autrement.

top