Rear Window



Rear Window II – CIN EMA ELA RGI de Lorenzo Menoud, 19 mai au 17 juin 2018
Die Küche II, 18 mai 2018

Rear Window I – Surface fauve surface de Diego Guglieri Don Vito, 24 mars au 22 avril 2018
Die Küche I – Manon Vargas (en collaboration avec Olivier Bienz), 23 mars 2018

Rear Window - descriptif
Die Küche

CIN EMA ELA RGI

de Lorenzo Menoud

Vernissage le 18 mai 2018 à 18h00
Exposition du 19 mai au 17 juin 2018
Ouverture :
Côté cour : 7/7 - 24/24
Côté cuisine : sur rendez-vous

CIN EMA ELA RGI est une pièce composée de quatre groupes de trois lettres qui n’ont isolément aucun sens et qu’il est possible d’organiser de vingt-quatre façons différentes(1). On appelle « cinéma élargi » toute forme de présentation cinématographique qui modifie d'une façon ou d'une autre la projection classique définie comme envoi sur un écran, devant des spectateurs assis, d'une image obtenue par le passage d'une pellicule dans un projecteur. L’enchaînement signifiant de ces groupes de lettres se fait par l’emploi de la couleur : la couleur d’un groupe de lettres déterminant celle du fond du groupe de lettres suivant. On passe ainsi du noir au rouge au bleu et au blanc. Pourtant, à la même période, les études consacrées au cinéma élargi mobilisent des modèles intermédiatiques, hybrides et transversaux, qui répondent à l’ouverture de ces pratiques expérimentales. Il s’agit alors de projeter mon film autrement : réunir ces images, les monter (reel) pour faire de l’art et de la poésie un cinéma étendu. Jonas Mekas l’avait bien défini en novembre 1965 dans Village Voice : « Tout ce qui se passe ce mois-ci à la cinémathèque ne peut pas être appelé "cinéma". La lumière est là, le mouvement est là, l’écran est là ; et l’image du film est très souvent là, mais on ne peut décrire cela ou en faire l’expérience à la manière dont on décrirait ou ferait l’expérience du cinéma de Griffith, de Godard ou même de Brakhage ». J’interroge, ce faisant, la matérialité du cinéma, je questionne son dispositif, l’expose à la lumière, échelonne la couleur, disperse le mouvement, le déploie dans le temps… je fabrique un film — une idée se déplace alors dans les têtes (bobines). Sheldon Renan est encore plus radicale : « Ce n’est pas un style cinématographique particulier. C’est un cinéma élargi dans la mesure où l’effet du film peut être produit sans aucune utilisation du film ou de la pellicule »(2). Donc CINEMA sur la rue où tout bouge, ELARGI à l’appartement où l’art ne se montre généralement pas. Il a fait nuit, on rallume, la séance est maintenant terminée(3).


(1) CIN EMA ELA RGI / CIN EMA RGI ELA / CIN ELA EMA RGI / CIN ELA RGI EMA / CIN RGI EMA ELA / CIN RGI ELA EMA / EMA CIN ELA RGI / EMA CIN RGI ELA / EMA ELA CIN RGI / EMA ELA RGI CIN / EMA RGI EMA ELA / EMA RGI ELA EMA / ELA CIN EMA RGI / ELA CIN RGI EMA / ELA EMA CIN RGI / ELA EMA RGI CIN / ELA RGI CIN EMA / ELA RGI EMA CIN / RGI CIN EMA ELA / RGI CIN ELA EMA / RGI EMA CIN ELA / RGI EMA ELA CIN / RGI ELA CIN EMA / RGI ELA EMA CIN

(2) Les extraits cités sont tirés de la définition du Larousse, de l’éditorial du numéro que la revue Décadrages a consacré au cinéma élargi (21-22 | 2012) écrit par François Bovier et Adeena Mey, et de l’article de Riccardo Venturi : « Repenser le cinéma élargi », Critique d’art, en ligne, 45 | 2015.

(3) On notera cependant la structure vocalique I / EA / EA / I et la signature interne ML.




top

Dégustation culinaire

d'après The Big Lebowski
le 18 mai 2018 à 18h00

top

Surface fauve surface

de Diego Guglieri Don Vito

Vernissage le 23 mars 2018 à 18h00
Exposition du 24 mars au 22 avril 2018
Ouverture :
Côté cour : 7/7 - 24/24
Côté cuisine : sur rendez-vous

À l’occasion de l’exposition Surface Fauve Surface, Diego Guglieri Don Vito nous mène aux portes de Miami-Fauve, un univers qu’il découvre par hasard et décide d’explorer par le biais de correspondances entretenues avec les personnes qui ont approché (de près ou de loin) ce que l’on pourrait appeler l’expérience Fauve. Chaque nouveau mail envoyé est une invitation à prendre part à l’exploration de cet univers singulier, dont la particularité est d’exister dans un espace défini par quatre dimensions.

«Pour que tu comprennes, il me faut te décrire un peu Miami-Fauve : ce n’est ni vraiment un lieu, ni vraiment une époque ; plutôt un peu des deux à la fois. Miami-Fauve est une collision entre deux temps et deux lieux ; deux époques et deux pensées : l’Estaque ; plus particulièrement le port de l’Estaque peint par George Braque en 1906 et l’imaginaire fantasque d’un Miami des années 1980 : glamour, luxueux, coloré, plein de cocaïne et de néons. La particularité de cet univers réside dans le fait que l’espace qu’il occupe se déploie en quatre dimensions : en plus des dimensions propres à notre univers (hauteur, largeur, profondeur), l’espace en Miami-Fauve compte une dimension supplémentaire qui est la couleur.»

Extrait de correspondance avec Steve Paterson, le 14 janv. 2018




top

Installation culinaire

de Manon Vargas en collaboration avec Olivier Bienz
le 23 mars 2018 à 18h00

top

Rear Window

Rear Window est une surface d'exposition sur une fenêtre d'un immeuble à l'av. Marc Dufour 48, à Lausanne. Le dispositif d'accrochage permet de présenter un diptyque recto verso. Les oeuvres présentées sont donc à la fois visibles depuis un espace privé et l'espace public.



Die Küche

Le côté intérieur de Rear Window donne sur une cuisine. Par conséquent, nous souhaitons faire un lien entre les arts visuels et l'art culinaire. Dans la mesure du possible, nous désirons inviter des cuisiniers lors du vernissage à préparer un apéritif original.

top